LANGAGE

Soutien et stimulation de langage

En éducation spécialisée, nous dépistons les difficultés de langage, nous animons des activités de stimulation langagière, conseillons les adultes autours de l’enfant et reprenons les plan d’intervention en orthophonie. Nous appliquons les recommandations et visons les mêmes objectifs que l’orthophoniste dans le dossier. C’est avec un grand plaisir que nous vous référons Annie Lauzon, orthophoniste pour les évaluations et révision d’objectifs. Nous nous soucions, pour commencer, des précurseurs de la communication. En effet, le contact visuel, le tour de rôle, l’attention conjointe, la capacité d’attention aux messages verbaux et non verbaux, l’intention de communication, la permanence de l’objet, la compréhension verbale et non verbale et l’imitation motrice et verbale sont nécessaires au développement du langage. Évidemment, plusieurs autres stades de développement sont dépendants de ces habiletés langagières, comme le développement social et celui du jeu. Selon les besoins, nous ajustons les activités à animer selon les objectifs à travailler, par exemple : prononciation, structure de phrase, compréhension des questions, justification des questions, travail des notions abstraites, développement du vocabulaire, prise de conscience de la bouche, etc.

CONTACTEZ-NOUS

Nos services sont déductibles d'impôts, renseignez-vous auprès d'un de nos intervenants sur les critères d'admissibilité, ou pour toutes autres informations au numéro ci-dessous.

T: 514 821-0984

12 + 11 =

LE LANGAGE

Pour commencer, il faut tenir compte des différentes façons de communiquer. La première est par les pleurs. En bas âge, un enfant communique ses besoins de base de cette façon. Plus tard, il vous tend la main, pointe l’objet désiré, fait quelques sons pour attirer votre attention. Viennent ensuite les mots isolés (eau), puis deux mots l’un à la suite de l’autre et éventuellement des phrases. Pendant ces premiers mois, l’enfant développe son langage et acquiert les précurseurs de la communication. Ces précurseurs sont essentiels dans l’échange avec l’autre et dans l’apprentissage de la communication. Lorsque nous commençons le travail avec un enfant pour stimuler le langage, nous nous assurons que les précurseurs soient acquis. Si ce n’est pas le cas, nos interventions sont dirigées de façon à les travailler et recommander aux adultes autour de lui des activités et des attitudes à privilégier pour les développer.

Annie Lauzon, M.O.A.

Membre de l’O.O.A.Q. # 1476
Orthophoniste depuis 18 ans auprès des enfants, je me suis spécialisée depuis une dizaine d’années exclusivement auprès de la clientèle des 2 à 6 ans. J’ai exercé plusieurs années dans le réseau public, en centre de réadaptation et en milieu scolaire, avant de me tourner vers le privé, qui me permettait davantage, à mon avis, de prendre le temps de bien répondre aux besoins de la clientèle. J’aime la spontanéité et l’énergie des tout-petits de même que le contact privilégié que j’ai la chance d’établir avec les parents. Voir un enfant s’épanouir et s’ouvrir au monde lorsqu’il se sent plus compétent dans sa manière de communiquer est une grande source de motivation dans mon travail. Depuis quelques années, je participe également à la formation des futures orthophonistes en agissant comme superviseure à la clinique universitaire en orthophonie et audiologie de l’Université de Montréal. J’ai aussi développé un intérêt pour l’élaboration de formations et de conférences destinées aux parents de même qu’aux intervenants en petite enfance. J’ai à cœur d’informer, d’outiller et de répondre aux questions des gens qui soutiennent les enfants dans le développement de leurs habiletés de communication. Par ma collaboration avec Intervention Caméléon, je souhaite pouvoir donner la chance à davantage d’enfants de bénéficier de services de qualité qui les aideront à maximiser leur potentiel.

Voici quelques repères vous situant dans le développement du langage :


DE 0 À 6 MOIS

• Il pleure pour faire comprendre ses besoins de base. • Il imite certaines expressions faciales. • Vers 3 à 4 mois, il se tourne en direction de la voix. • Gazouillis : il répète les voyelles. • Babillage : il répète les syllabes.

Durant cette période, l’enfant entend les variations et l’intonation de la voix des adultes autour de lui. C’est dans le babillage que l’enfant commence à reproduire l’intonation qu’il a entendue. Par exemple, l’intonation d’une question posée.

DE 6 À 12 MOIS

• Il utilise le langage gestuel. • Les premiers mots se font entendre. • Il donne un objet quand on le lui demande. • Vers la fin du 12e mois, l’enfant comprend environ 30 mots. Vers 9 mois, le bébé diminue graduellement le babillage pour éventuellement ne répéter que les mots qu’il entend. C’est également à cet âge que les enfants commencent à utiliser les gestes. Ils tendent à développer l’intention de la communication. C’est à ce moment aussi qu’ils apprennent à dire au revoir de la main, à faire des coucous et à applaudir… Ils vous imitent et vous êtes en pleine admiration devant lui!

DE 1 À 2 ANS

• À 18 mois, l’enfant utilise jusqu’à 50 mots. • Sa première phrase de deux mots a lieu vers 18 mois. • Vers 20 mois, l’enfant augmente de façon considérable les mots qu’il prononce. • Vers 18 mois, il comprend 100 à 150 mots. • Il répond à des consignes simples. Les premières phrases entendues n’ont ni accord, ni pronom, ni verbe conjugué. L’enfant enchaîne deux mots qui signifient l’ensemble de son idée, par exemple : « l’eau maman ». Cette expression voudrait par exemple dire : « Maman, je veux avoir de l’eau ».

DE 2 À 3 ANS

• Phrases de deux à quatre mots. • Début de l’accord grammatical. • Il comprend plus de 200 mots. • Il comprend les consignes de deux éléments sans geste. • Il utilise de 170 à 300 mots. • Il commence à utiliser le féminin, le masculin, le singulier et le pluriel. • Il comprend les notions spatiales et temporelles. • Il comprend la question « quand ». • Il connaît les principales couleurs et les parties du corps. • Il fait la différence entre petit, gros et grand. • Il comprend les consignes plus complexes. Il peut nuancer sa pensée, utiliser les pronoms, les prépositions, les verbes conjugués, les adverbes. Il peut sembler discuter avec ses jouets et il vous pose beaucoup de questions.

DE 3 À 4 ANS

• Il utilise de 400 à 900 mots. • Phrases de 6 mots. • Il comprend les questions « où » et « pourquoi ». • Il comprend les termes relatifs au temps et à l’espace. Votre enfant explique des événements vécus dans sa journée, les erreurs de grammaire sont moins fréquentes et il peut faire varier le temps des verbes.

DE 4 À 5 ANS

• Il comprend une consigne à trois directives. • Il utilise les verbes au conditionnel (il pourrait…). • Ses phrases peuvent contenir plus de deux prépositions. • Il peut expliquer des principes absurdes. • Il peut distinguer deux rimes. • Il maîtrise les notions spatiales. • Il compte de 1 à 20. Vers la fin de la garderie, l’enfant maîtrise les termes abstraits et est en mesure de s’exprimer et de justifier son opinion. Il comprend les différents types de questions (quand, où, comment, pourquoi…). Il est cependant normal d’entendre des erreurs de prononciation dans les sons S, Z, CH et J.

DE 5 À 6 ANS

L’ensemble du langage est acquis. Il est curieux et s’intéresse à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Il reconnaît que deux mots sont identiques, mais peuvent dire, selon le contexte, quelque chose de différent. Il récite son nom, son âge, son adresse et son numéro de téléphone.

6 ANS ET PLUS

L’enfant apprend les notions du langage plus académiques, par exemple : lire l’heure, les saisons, les mois, les jours, la géométrie… Il continue à développer son vocabulaire, mais en lien avec les acquis scolaires.